L’autre ou l’invisible

Tout le problème, c’est “Autre”. Qu’est-ce que “Autre” ? Peut-il exister ? Pour le peintre, la toile nue évoque le commencement, elle est entière, stable, elle exprime la vérité, le Oui. Tout ce qu’il va y apposer va représenter le Non par rapport au départ mais ne sera pas son contraire, car le Oui est entier, il est Un. Le Non, mouvement, crée des milliers de choix de choix qui ne sont pas nécessairement opposés au Oui. En effet, on peut affirmer qu’une chose n’est pas une autre, mais peut-on dire pour autant qu’elle est son contraire ?

Le créateur, en utilisant comme la nature les couleurs, apprend à la connaître et devient connaisseur de lui-même et des autres. S’il veut la copier, l’artiste doit prendre en compte les perspectives et l’endroit où il se positionne vis-à-vis de ce qu’il voit. Il est ainsi obligé d’utiliser des mesures erronées pour obtenir une image réelle des choses. Dès lors, le Non, progression, devient réalité visuelle. Ce concept permettra aisément de découvrir la vérité d’une chose formelle.

En revanche, la nature, en mutation perpétuelle, ne nous offre qu’une parcelle de la vérité qui n’est plus visible et n’est plus vérité, ni son contraire, mais une progression de celle-ci. C’est pour cela que l’artiste-créateur, en déniant tous ses sens, va trouver “Autre” : représentation de ce qui est hors des sens, qui sera copié pour être montré. Ainsi, l’invisible devient visible, donc nature. L’artiste, en présentant sa création, va faire découvrir sa vision de l’Autre au spectateur qui sera à même de l’appréhender et pourra apprécier si sa connaissance est enrichissante.

Dimitrios Balias

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: